Puces, tiques, poux et mites sur les chats

Les ectoparasites sont des parasites externes qui vivent à la surface du corps de leur hôte et qui s’y fixent en général pour se nourrir. Il est essentiel de prévenir et de contrôler les ectoparasites pour veiller à la santé du chat et du public, ainsi que pour préserver la relation entre le chat et sa famille humaine. Les parasites externes ne causent pas tous les mêmes problèmes et certains sont plus nuisibles que d’autres, d’où l’importance de les surveiller, de les contrôler et de les prévenir. 

Exemples d’ectoparasites qui vivent sur les chats 

Puces

Les puces sont de petits insectes parasites qui se nourrissent en suçant le sang des mammifères et des oiseaux. Si les puces immatures ne piquent pas, les puces adultes, elles, se nourrissent habituellement plusieurs fois par jour.

Caractéristiques des puces :

  • De couleur brun foncé ou rougeâtre 
  • Corps aplati
  • Sans ailes
  • Mesurent de 1 à 4 mm (de 0,04 po à 0,16 po) de long
  • Peuvent sauter jusqu’à 20 cm (8 po) verticalement et 41 cm (un peu moins de 16 po) horizontalement

Habitat : dans le pelage, sur la peau

Effets : grave irritation, démangeaisons, grattage, mordillage, toilettage excessif et alopécie

Dangers : dermatite allergique aux piqûres de puces, anémie et risque de contracter des ténias

Hôtes fréquents : chats et chiens

Problèmes transmis aux humains : ténias par l’ingestion de puces infestées (très rare)

Propagation : contact avec un animal ou un environnement infesté

Diagnostic : utiliser un peigne pour trouver des puces ou des particules noires (déjections de puces)

Traitement : solution antiparasitaire à large spectre qui élimine les œufs, les larves et les adultes

Dans la plupart des régions du Canada, la saison des puces atteint son apogée entre le début d’août et le début d’octobre.

Le risque d’infestation par des puces chez le chat dépend de son environnement. Il peut courir un risque plus élevé s’il va à l’extérieur, s’il est en contact avec d’autres animaux qui vont à l’extérieur ou s’il vit dans un milieu qui comporte plusieurs animaux. Le cas échéant, il est recommandé de consulter un médecin vétérinaire pour qu’il vous conseille les méthodes de prévention et les produits de contrôle à utiliser.

Comme les chats se toilettent minutieusement, il peut être difficile de trouver des puces sur eux ou de discerner leur présence. Si vous soupçonnez la présence de puces ou un cas de dermatite allergique aux piqûres de puces, un traitement devrait être entrepris, peu importe si des puces ou des déjections de puces sont trouvées ou non sur les chats.

Tiques

D’un point de vue scientifique, les tiques appartiennent à la classe des arachnides (Arachnida), dont font partie les araignées. Il existe environ 800 espèces de tiques dans le monde, mais seulement deux familles de tiques, Ixodidae (tiques dures) et Argasidae (tiques molles), sont reconnues pour transmettre des maladies aux humains. Les tiques dures sont munies d’un écusson (pièce dorsale dure) sur leur dos, tandis que les tiques molles n’en ont pas. Les tiques sont petites et souvent difficiles à voir. Les tiques immatures, appelées nymphes, ont environ la taille d’une graine de pavot. Les tiques adultes ont environ la taille d’une graine de sésame.

Au Canada, la répartition des tiques varie d’une région géographique et d’une espèce à l’autre. Bien que les chats soient moins sensibles aux maladies transmises par les tiques que les chiens, consultez votre médecin vétérinaire pour connaître le risque auquel votre chat est exposé. 

De nombreuses piqûres de tiques sont inoffensives et ne nécessitent aucun soin médical. Certaines tiques (tique du chevreuil, tique des bois, etc.) peuvent toutefois être porteuses de bactéries responsables de maladies. La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses (FPMR) est une infection bactérienne transmise aux humains par les piqûres de tiques. La maladie de Lyme est causée par un type de bactérie que l’on retrouve chez certains animaux comme les souris et les chevreuils. Les tiques Ixodes (aussi appelées tiques à pattes noires ou du chevreuil) qui se nourrissent du sang de ces animaux peuvent transmettre la bactérie aux humains par leurs piqûres. La tique du chevreuil est minuscule, n’est pas plus grande que la pointe d’un crayon et est difficile à trouver sur la peau.

Habitat : enfouit sa tête dans la peau

Effets : vaste gamme de symptômes, notamment : fièvre, perte d’appétit, léthargie, perte de poids, faiblesse et anémie infectieuse féline  

Hôtes fréquents : chats et chiens

Problème transmis aux humains : fièvre transmise par les tiques

Propagation : environnement ou contact avec d’autres animaux porteurs de tiques

Diagnostic : votre médecin vétérinaire peut confirmer la présence d’une tique sur votre chat et la retirer en toute sécurité 

Traitement : produit antitiques recommandé par votre médecin vétérinaire et traitement pour les maladies possiblement contractées

Mites d’oreilles

Les chatons et les chats récemment adoptés doivent être examinés pour s’assurer qu’ils n’ont pas d’infection causée par les mites d’oreilles (Otodectes cyanotis). 

Infestation : gale otodectique

Habitat : conduit auditif externe, quoique les mites d’oreilles peuvent le quitter pour partir en exploration, ce qui provoque des démangeaisons

Effets : grave irritation, oreilles qui démangent, secouage de la tête, grattage des oreilles et écoulement des oreilles

Dangers : inflammation et infection secondaire de l’oreille

Hôtes fréquents : chats
Problème transmis aux humains : éruption cutanée temporaire (rare)

Propagation : contact avec un animal infesté

Diagnostic : par le médecin vétérinaire à l’aide d’un échantillon de l’écoulement provenant des oreilles

Traitement : selon les recommandations du médecin vétérinaire (traitement du chat infesté et des autres animaux)

Poux du chat

Les chats qui présentent des signes de démangeaisons importantes, de desquamation, de mordillage répétitif de la peau et d’alopécie devraient être examinés pour déterminer s’ils ont des poux (Cheyletiella spp et autres genres).

Nom commun : mite de corps, cheyletiella ou pellicule en mouvement

Infestation : cheyletiellose

Habitat : ces mites vivent sur la peau des chats

Effets : peau squameuse ou gales, peau rouge, bosses sur la peau, irritation, démangeaisons et alopécie légère

Hôtes fréquents : chats, chiens et lapins

Problème transmis aux humains : éruption prurigineuse (temporaire)

Propagation : contact avec un animal ou un environnement infestés

Diagnostic : par le médecin vétérinaire, en fonction des symptômes et du risque de contagion

Traitement : selon les recommandations du médecin vétérinaire (traitement du chat infesté, des autres animaux et de la maison)

side_slide2
side_slide1
previous arrow
next arrow
Print Friendly, PDF & Email
error: le contenu est protégé!